Alain Lecointe, grand naturaliste bas-normand

Le 20 décembre 2016.

A Lecointe 2Voilà bientôt 18 années, qu’Alain Lecointe (1943-1998), botaniste  et  bryologue, nous a quittés, à l’âge de 54 ans.
 
Digne successeur d’Husnot (bryologue du XIXème), de Louis Corbière ou encore de l’abbé Olivier (lichénologue), j’ai souhaité honorer sa mémoire. J’ai donc écrit sa biographie et dressé son importante bibliographie, d’après les écrits originaux de ses publications, divers documents et nécrologie, conservés à son domicile.
 
Rosine Guerchais, sa belle-sœur.

 
 

Sommaire


 

La biographie

Alain est né le 20 août 1943, à Neufchâtel en Saonois, village de la Sarthe, à l’orée de la forêt de Perseigne, qu’il connaissait fort bien. Tout enfant, il s’intéressait déjà à la nature. Il fit des études supérieures à la faculté des sciences de l’université de Caen.
 
A. Lecointe
A. Lecointe (Droits réservés)

Après un DEA de sciences végétales en 1965, il est nommé assistant de botanique au collège scientifique et universitaire du Mans, puis rejoint en 67, l’Université de Caen. Il y soutient brillamment sa thèse de doctorat de 3ème cycle, en biologie végétale. Très actif au sein de l’université, il deviendra maitre assistant, puis maitre de conférences, en Biologie et Écologie végétales, jusqu’à son décès.

Il avait en charge l’enseignement de la biologie végétale et de l’écologie, assura la fonction de directeur scientifique de DEA et de Doctorat. Il assura très tôt la direction et la gestion du laboratoire de phytogéographie au sein de l’UFR des sciences de la terre dont il voulait  accroître les capacités et le savoir faire. Il travailla de concert avec ses collègues et amis, Michel Provost et Gérard Houzard.

Retour au sommaire
 
 

L’enseignant

Manuscrit d'un cours d'A. Lecointe.
Manuscrit d'un cours d'A. Lecointe.

Au cours de sa carrière universitaire, il a formé nombre d’étudiants, qui pour la plupart se sont consacrés à leur tour, à la recherche, l’enseignement, ou ont choisi des carrières plus techniques.

Beaucoup d’entre eux, y compris son collègue, Michel Provost qui a vécu dit-il, « trente ans de vie commune avec lui, au labo, » ont témoigné qu’il était : « un être rigoureux, ouvert, avec un accueil positif, un peu craint, une forte personnalité mais possédant beaucoup d’humour et une grande disponibilité. Examinateur exigeant mais juste, l’écoute, sa bonté et ses encouragements en faisaient un maître respecté et aimé».

Retour au sommaire
 
 

Le scientifique

Parallèlement à l’enseignement, Alain a consacré toute sa vie à la recherche sur les bryophytes et l’utilisation des végétaux comme bio-indicateurs de pollution. Au cours de ses études, il avait été influencé et enthousiasmé par un de ses professeurs, pour s’intéresser à cette discipline, ardue et peu prisée et en avait fait sa spécialité.
Travailleur infatigable, il rentrait souvent tard chez lui et passait fréquemment ses dimanches sur le terrain, ou au laboratoire, à travailler, chercher, écrire…
C’était avant tout un homme de terrain qui a arpenté tous les espaces naturels en Basse-Normandie mais aussi dans toute la France, avec ses collègues, chercheurs des sociétés savantes ou étudiants.
C’était un véritable naturaliste, s’intéressant aux écosystèmes (le sol, la géologie, les fossiles, les roches et minéraux, les plantes, les champignons dont il était grand amateur). Sa famille avait le sentiment qu’il connaissait tout et c’était un régal pour nous de participer à ses sorties.
 
Retour au sommaire

 

Le pédagogue

Il participa à de nombreuses activités de vulgarisation auprès de divers publics, sous forme de conférences, sorties, stages, auprès d’adultes même vieillissants université 3ème âge à l’époque) et auprès des enfants, et ce pour des associations diverses. Dans un langage alors simple mais précis, et soucieux de faire partager ses connaissances et ses préoccupations environnementales, il intéressait et passionnait ses publics.

Retour au sommaire
 
 

Un expert scientifique

Inventaires phyto-écologiques
Inventaires phyto-écologiques des pierriers en forêt d'Écouves (Orne).

C’était un expert reconnu, mis au premier rang par les bryologues français et européens. Il a été acteur dans de nombreuses instances scientifiques, locales, nationales et internationales. Il fit partie de nombreuses sociétés savantes où il assuma de grandes responsabilités, et publia de nombreux écrits en leur sein, telles :
La société Linnéenne de Normandie

Parrainé par les Professeurs Albert Pitot et Paul Binet, Il fut élu membre en mai 1965, alors qu’il était encore enseignant au Mans. Il y sera très actif dans tous les domaines d’animation scientifiques de l’association. Tour à tour bibliothécaire, secrétaire et Président, il y fit nombre d’exposés « jugés clairs, pédagogiques, superbement illustrés » comme en témoigne cette société. Il y présenta des expositions remarquées sur les thèmes de la phytogéographie normande et sur la protection du patrimoine naturel. Il a guidé plusieurs excursions, mais aussi publié nombre de travaux dans les bulletins de la S.L.N.
La Société Botanique du Centre-Ouest
Membre actif aussi, il participait fréquemment aux sessions qui avaient lieu dans plusieurs régions de France et collaborait avec ses confrères à la rédaction des comptes rendus bryologiques.
Il contribua aux travaux du Conservatoire botanique de Brest et de CPIE dont celui du Cotentin, en particulier, et bien sûr, il publia pour la Société Botanique de France et diverses universités (Lille, Liège, Rennes …)
 
Durant sa vie de recherches, il avait constitué un riche herbier de bryophytes, basé sur un nombre considérable de récoltes personnelles, et enrichi par le biais de groupes d’échanges nationaux et de correspondants étrangers. Regroupées, mises à l’abri, par les soins de sa femme Colette et de son ami  le Pr. René Schumacker, ses collections ainsi que ses carnets de terrains et sa riche documentation bryologique ont été donnés et conservés à la bibliothèque scientifique de l’Université de Caen, pour pouvoir être utilisés au mieux de leur inestimable intérêt.
 
Mis au premier rang par les bryologues français et européens, il fut désigné en 1980, comme le représentant indiscuté de la France dans le « Workgroup for Mapping Bryophytes in Europa » et dans le « European Committee for Conservation of Bryophytes. »
 
Il écrivait beaucoup (études, rapports, analyses et expertises scientifiques, comptes rendus de sorties et excursions. Ses recherches ont été régulièrement publiées, il est l’auteur ou co-auteur de 116 publications de 1969 à 1995 (voir bibliographie). Son nom figure aussi en bonne place parmi les auteurs de la Flore Forestière Française, en trois tomes.
 
Cette intense activité a été récompensée en 1986 par l’attribution du Prix Gandoger de cryptogamie, attribuée par la Société Botanique de France, ce dont il était fier.
 
Retour au sommaire
 
 

Le protecteur de l’environnement

D’une très grande sensibilité, Alain était souvent affecté et inquiet devant les diverses atteintes à l’environnement. Il consacra une grande partie de son temps et d’énergie aux problèmes de conservation de la nature en Basse-Normandie. De même, il s’impliqua fortement dans la vie associative et participa à plusieurs commissions administratives.
Pendant de nombreuses années, il a été membre de l’association régionale, « le CREPAN » et en fut vice-président. Il a réalisé, en impliquant souvent ses collaborateurs, des études d’impact liées aux questions de remembrement, et sur un sujet qui lui était cher : les lichens comme bio-indicateurs de la pollution. Avec son collègue Michel Provost, il a aidé à la création du parc naturel régional des marais du Bessin et du Cotentin. Pivot de l’opération « Ormes », qui a valu au Crepan le prix national « Nature et environnement », il a conduit des travaux sur une bactérie permettant de lutter contre le champignon de la graphiose et coordonné des opérations de bouturage d’ormes sains.
Déjà membre très tôt de la commission départementale des sites du Calvados, sa notoriété lui a valu en 1995, à la quasi-unanimité des membres d’être élu Président du Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel. Il s’est beaucoup donné pour cette tâche, produisant expertises, avis sur des dossiers importants et sensibles : orientations régionales forestières, mesures agro-environnementales, dirigea pour la Région les travaux de validation et de modernisation des ZNIEFF, l’inventaire des sites susceptibles d’être reconnus d’intérêt européen, en application de la directive relative aux habitats naturels.
Les dernières années de sa vie, pris par ses charges et responsabilités, il ne put assumer de véritables recherches fondamentales dans son domaine, ni trouver le temps de publier ses trouvailles les plus remarquables. À son domicile, un dossier de travaux en cours en vue de publications futures, est resté en suspens.

Retour au sommaire
 
 

L’Homme

Alain Lecointe. D.R.
Alain Lecointe : un homme de terrain.

Scientifique reconnu, apprécié par ses collègues, respecté et aimé par ses étudiants, il vouait avant tout un amour immense à sa famille.

Il aimait la musique classique, la chanson française dont il se faisait l’écho avec sa guitare, et chantait fréquemment en famille ou entre amis.
Outre ses collections de bryophytes, roches et fossiles, il en avait réuni une, fantastique par le nombre et la variété, d’albums de…BD, et aussi des classeurs de timbres, étant un philatéliste passionné.
Homme discret, timide et de grande simplicité, sa passion était le terrain.
Elevé au grade de chevalier dans l’ordre national du mérite, en 1998, il ne l’a malheureusement pas su, car décédé deux jours avant d’en recevoir la notification officielle.
Les insignes de cette distinction ont été remis à l’occasion d’une cérémonie officielle par le Préfet de Région à titre posthume, à sa femme, ma sœur le 28/10/1998, conjointement à la remise de la même distinction à son ami et collègue, Michel Provost.
Son décès brutal dans la nuit du 24 au 25 mai 1998, a été une grande perte pour sa famille, amis et collègues, et pour l’ensemble de la communauté scientifique régionale et nationale.

Retour au sommaire 

 

Etudes ornaises

Pour l’Orne, en particulier, il étudia et aussi découvrit des bryophytes rares, méconnues ou nouvelles. En 1978, il signala la découverte d’un lichen, Cladonia rangiferina, sur des replats de grands éboulis de quartzite armoricain de la Butte Chaumont. (Voir bibliographie : « sur la présence de Cladonia rangiferina, bulletin soc. Linnéenne, vol. 107. 1979).
 
Il réalisa avec un de ses étudiants, J.Ch. Hanguel, l’inventaire phytoécologique des pierriers de la forêt d’Ecouves, étude publiée en 1994 pour le PNR Normandie Maine (Voir sa bibliographie). Les sites étudiés étant les pierriers de la Hunière, de Goult, de Tanville, la Roche Gatine, le secteur de Pierre Chien, le Roc au Chat, les Rochers du Vignage, le secteur des Arcis, le secteur de la vallée de Fontenay, le pierrier de la Raveterie, les éboulis de la Butte Chaumont.
Sans entrer dans le détail de l’étude de chaque site, les éléments de conclusion font ressortir : plus de 300 espèces végétales observées, 70 plantes vasculaires, 108 bryophytes et 126 lichens. 4 sites possédaient une espèce protégée au niveau régional :
Cladonia rangiferina présent dans les pierriers de la Hunière, Goult, de la butte Chaumont
Ptilidium ciliare, sur les effleurements du Vignage, découverte en 1826 par Brebisson, citée ensuite par Husnot (1881) et Letacq en 1885, redécouverte qu’en 1980 par de Foucault et Lecointe
2 sites ont permis une espèce nouvelle pour le département :
Diplophyllum obtusifolium, au pierrier de Goult, et une sphaigne, Sphagnum quinqueforium, dans le pierrier de Tanville
3 sites riches en espèces rares, à la Roche Gatine, le Roc au chat, et le pierrier de la Raveterie sous Livaie sont prospectés.
Enfin, Alain signalait deux sites à très haute valeur patrimoniale, menacés de manière directe par destruction volontaire du pierrier de la Hunière (exploitation d’une carrière) ou de manière involontaire par mauvais aménagement et surpression touristique des Rochers du Vignage, et préconisait une politique cohérente pour ne pas « tuer » le site, sous la pollution acide liée à la circulation automobile. Marais Hazé


 

Le marais du Grand Hazé : Dans une première étude phytoécologique réalisée avec Michel Provost, en 1988, les deux auteurs avaient recensés 69 espèces végétales rares ou très rares, certaines protégées au niveau régional, mais aussi une trentaine d’espèces signalées par Letacq et Chevalier, fin du XIXème et début du XXème, n’avaient pu être retrouvées. Ils soulevaient le risque d’un boisement généralisé par les saules, contribuant à un assèchement du milieu et à la perte de biodiversité riche et variée et conseillaient des mesures de restauration, déboisements et un pâturage extensif par les chevaux.
Durant l’année 1995, Alain Lecointe accompagné de Sandrine Depériers firent un suivi de la végétation pâturée dans le marais, et proposèrent un protocole d’étude botanique du marais, par un échantillonnage orienté. Ils constatèrent le retour de la grande douve, le comaret, la linaigrette commune, la laîche blanchâtre, filiforme, la sphaigne squarreuse, l’hypne à fleurs en cœur, le millepertuis des marais, le potamot à feuilles de renouée, une petite utriculaire. Mais ils constatèrent aussi une végétation fermée et puissante de grandes roselières envahissant l’espace, masquant des plantes florifères mais discrètes, une tourbe présente sur la partie sud du marais, et des espèces comme les Drosera, Genista anglica, Narthecium, Rhynchospora, etc. n’étaient pas revenues
 
Pour finir l’apport de ce scientifique, pour le département de l’Orne, et qui n’est certainement pas exhaustif, je termine en signalant sa participation à des études et travaux dans la Lande du tertre Bizet, des falaises et éboulis rocheux de la Fosse Arthour, l’inventaire phytoécologique des tourbières du Bois de Goult.
 
Retour au sommaire

 

Témoignage de Michel Provost

 
Cher Alain
 

 

Tu auras donné beaucoup de travail à tous ceux qui t’ont connu et ont souhaité écrire sur toi à titre posthume… Plutôt que d’en rajouter sur notre complicité, complémentarité, notre amour de la Nature, notre plaisir commun à enseigner, ta valeur scientifique (j’ai su que les mousses et les lichens bas-normands ont, en 1998, porté le deuil jusqu’à l’hiver…), ta convivialité et notre amitié profonde, je voudrais te rappeler quelques souvenirs, bons, sensibles ou cocasses mais pour moi paradoxalement bien vivants.

Combien d’excursions avons-nous conduites ensemble pour nos étudiants ?
  • d’une journée pour les « Licence », à travers toute la région : landes, marais, tourbières, dunes, forêts (nous avions même abordé la pédologie grâce à Gérard Houzard et tu te moquais de ma pelle à « rafraichir » les profils en la disant « forte » - tu aimais bien la bière brune - mais pas « celle du 18 juin »…) ;
  • de 3-4 jours pour les étudiants en Prépa-Capes-Agrégation-, en Bretagne, en Haute-Normandie, en voitures particulières et camping, avec, le soir, récapitulation botanique de la journée puis partie de balle au prisonnier (j’y ai laissé une paire de lunettes, t’en souvient-il ?) ou festival de chansons (surtout poétiques) soutenues par ta guitare ;
  • stages d’une semaine pour le « C4-Phytogéographie », avec les géographes Pierre Brunet et Gérard Houzard, en Côte-d’Or ou dans les Alpes de Haute Provence et même dans les Hautes-Fagnes, en Belgique, sous la houlette de René Schumacker.
Toutes ces activités, officielles et tellement formatrices pour nos étudiants, pourraient-elles encore avoir lieu actuellement ?
 
Photo d'A. Lecointe et M. Provost
A. Lecointe et M. Provost

Toi comme moi aimions avant tout « le terrain » et nous y avons passé une bonne partie de notre vie, souvent ensemble : mont Pinçon, dunes de Beaubigny, landes de Lessay, les pelouses calcicoles et landes du Calvados et de la Manche, marais du grand Hazé, etc. L’expédition la plus enthousiasmante pour nous fut sans doute celle du Midi, en mai 1966 : une semaine en voiture à travers l’Hérault, l’Aude et les Pyrénées-Orientales. Nous découvrions l’Amérique, avec ces paysages, ces végétations odorantes, ces plantes inconnues, des espèces jusqu’aux familles.

 
Te souviens-tu de cette fin de matinée où, apercevant sur le chemin ensoleillé un mâle de citron de Provence (un superbe papillon), tu te lances, filet à la main, à sa poursuite ? En pleine vitesse tu buttes sur une pierre indisciplinée et tu t’étales. Tu te redresses avec un violent mal à un genou. Nous relevons le pantalon : pas d’écorchure mais le genou est tout bleu,  « aïe », ce doit être grave et nous sommes bien loin de tout ! Toutefois, un doute s’installe. Nous regardons l’organe symétrique : il est tout bleu aussi… Le pantalon était un jean et nous avions passé une partie de la matinée au milieu d’ares d’isoètes que tu avais photographiés sous toutes les coutures, agenouillé…et les isoètes en question sont des plantes qui vivent dans les endroits bien humides… On a bien ri après coup !
 
Il n’y a pas d’isoètes là où tu es, cher Alain, mais moi, il me reste un bleu à l’âme en pensant à toi.
 
                              Michel Provost

  Retour au sommaire

 

In mémoriam
Alain Lecointe

Un article est paru dans le bulletin de la Société Botanique du Centre Ouest (SBCO) lors de la disparition d'Alain Lecointe afin de lui rendre hommage. C'est dans le tome 29 édité en 1998, pages 661 à 664, que cet article a paru. Grâce à la gentillesse de cette société (grand merci à son président et à son directeur de publication), nous avons obtenu l'autorisation de repoduire ces quelques pages. In memoriam Alain Lecointe (1943-1998) est consultable en cliquant ici.

Pour en savoir plus sur la Société Botanique du Centre Ouest vous pouvez vous rendre sur son site Internet : site de la SBCO

Retour au sommaire



BIBLIOGRAPHIE D'ALAIN LECOINTE

LECOINTE A., 1965. Rapport de DEA Biologie végétale, relevés floristiques de différentes stations des environs de Caen. Université de Caen
LECOINTE A., 1969. Essai de Bryogéographie du Bois du Roi (Mont Pinçon, Calvados) ; Écologie, Phytogéographie et Phytosociologie. Thèse 3ème cycle Biologie végétale, Université de Caen, 153 p.
LECOINTE A. & PROVOST M., 1970. Étude de la végétation du Mont Pinçon (Calvados). Recherches écologiques, phytosociologiques et phytogéographiques sur les Phanérogames et les Bryophytes. Soc. Linn. Normandie (Caen), N.S. sect. Bot.III : 1-219
HOUZARD G., LECOINTE A. & PROVOST M.,1971.  Deux stations botaniques remarquables des environs de Nuits-St-Georges (Côte d’Or). Le monde des plantes (Toulouse)  66ème année, 370-371 : 1-7 avr. sept. 1971
LECOINTE A. & Amicale phytosociologique (travail collectif sous la direction du Pr. GEHU J.M.), 1973. Aperçu synoptique des unités phytosociologiques supérieures de la Brenne (Indre). Bull. Soc. Bot. France (Paris), 97 ème session extraordinaire, 116 : 57-68
CORILLON R. & LECOINTE A., 1973. Carte de la végétation de la France au 1/200 000ème - feuille 14 Caen.  CNRS, Service de la carte de la végétation (Toulouse)
HOUZARD G., LECOINTE A. & PROVOST M., 1972-1973. Un exemple de lande anthropique. (Un paysage actuel de l’ancienne forêt de Brix, Manche). Bull. Soc.Linn.Normandie (Caen) ; 103 : 69-87
BRUNET P. & LECOINTE A., 1974. Carte de l’utilisation du sol au 1/50 000è – feuille de Mézidon. Centre de recherches Évolution rurale (Caen), III : ch. IV –la végétation naturelle, pp. 32-65
LECOINTE A. & PROVOST M., 1974. Contribution à l’étude phytosociologique des landes de Basse Normandie. Doc. Photosociol. (Lille, 1973), II : 127-147.
LECOINTE A., 1975. Étude phytosociologique des groupements de bryophytes épiphytes de la Brenne (Indre). Doc. Phytosociol. (Lille), 9-14 : 165-195
LECOINTE A. & PROVOST M., 1976. « À propos d’une transplantation de sauvegarde d’Andromeda polifolia L. (Ericacées) de Baupte (Manche) à Cessières (Aisne) ». Bull. Soc. Linn. Normandie (Caen) (1975-1976) 1977, 105 : 95-100. et Centre de recherches et d’enseignement de Cessières – 02 Aisne, Notes et cahiers, N.S. 10 : 1-7.
LECOINTE A., 1977. « Nowellia curvifolia » (Dicks) Mitt. en Forêt de Perseigne (Sarthe). Etude de l’association bryologique saprolignicole « refuge ». Bull. Soc. Linn. Normandie (Caen), (1975-1976) 1977,  105 : 83-90.
FOUCAULT B. & LECOINTE A., 1977. Le « Nowellia curvifolia »(Dicks.) Mitt. et les associations bryologiques des bois pourrissants dans le Bois de la Tour, près de Falaise (Calvados). Rev. Bryol. Lichénol. (Paris), 43 (2) : 183-199
LECOINTE A., 1976-1978. Un groupement bryo-épiphytique subordonné aux zones inondables : le « Tortuletum latifoliae ». Coll. Phytosociol. (Lille, 1976), V (les prairies humides) : 141-151
BOURNIERAS M. & LECOINTE A., 1976-1978. Les groupements des prairies et leurs satellites dans la vallée de l’Oise (Aisne). Coll. Phytosociol. (Lille, 1976). V : 89-140.
LECOINTE A., 1978. Les associations bryologiques des éteules en Normandie. Doc. Phytosociol. (Lille), N.S. II :  283-300  
LECOINTE A., 1978. Bryophytes rares, méconnues ou nouvelles pour la Normandie. Bull.Soc.Linn., 106 : 85-112
LECOINTE A., 1978. Aperçu sur la végétation bryophytique subalpine et alpine des environs du glacier d’Aletsch (Valais Suisse). Doc. phytosociol. (Lille), N.S., III : 325-336
LECOINTE A., 1979. Sur la présence de Cladonia rangiferina (L.) Web. dans la forêt d’Écouves (Orne). Bull. Soc. Linn.  Normandie (Caen) (1978-1979), 107 : 41-45.
LECOINTE A., 1979. À propos de la cartographie en réseau : deux exemples, remarques. Bull. Soc. Linn. Normandie (Caen), 107 : 46
LECOINTE A., 1979. Intérêts phytogéographiques de la bryoflore normande : 1 – Les cortèges cosmopolites et méditerranéens. Bull. Soc. Linn. Normandie (Caen), 107 : 61-70
LECOINTE A., 1979. « Southbya nigrella » (De Not.) Spruce, « Cephaloziella baumgartneri » Schiffn et « Tortella inflexa » (Bruch) Broth., Bryophytes nouvelles pour la Basse Normandie, aux carrières d’Orival, près de Creully (Calvados). Bull. Soc. Linn. Normandie (Caen), 107 : 47-60
LECOINTE A. & PROVOST M., 1979. Compte rendu de l’excursion botanique faite par la société linnéenne de Normandie en Forêt de Grimbosq (Calvados), le 11 juin 1978. Bull. Soc. Linn. Normandie (Caen), 107 : 83-90     
LECOINTE A., 1979. «Le Microlejeuneo - Ulotetum bruchii et l’Isothecio myosuroidis – Neckeretum pumilae»,  nouvelles bryo-associations épiphytes, dans le massif Armoricain (France). Doc. Phytosociol. (Lille), N.S., IV : 97-613.
LECOINTE A. & PIERROT R.B. (1978) 1979. Cortèges et listes des Bryophytes observées pendant la cinquième session extraordinaire de la Société botanique du Centre-Ouest, dans la région de Saint Junien, Rochechouard (Haute Vienne) et Confolens (Charente). Bull. Soc. Bot. Centre-Ouest (Royan), N.S., 9 : 100-119.    
HOUMEAU J.M., LECOINTE A., PIERROT R.B. & ROGEON M.A., (1979) 1980. Cortèges et listes des Bryophytes observées pendant la sixième session extraordinaire de la Société botanique du Centre-Ouest en Corrèze. Bull. Soc. Bot. Centre-Ouest (Royan), N.S., 10 : 187-230      
LECOINTE A., (1980) 1981. « Riccia crozalzii » (Levier), « Riccia nigrella » D.C., « Cololejeunea rossettiana » (Massal.) Schiffn. » et « Plasteurhynchium striatulum » (Spruce)  Fleisch., espèces nouvelles pour le district de basse Normandie armoricaine.  Bull. Soc. Linn. Normandie (Caen), 108 : 43-50.   
LECOINTE A., (1980) 1989. Intérêts phytogéographiques de la bryoflore normande : 2- Le cortège atlantique. Bull. Soc. Linn. Normandie (Caen), 108 : 51-60   
LECOINTE A., SCHUMACKER R.& TOUFFET J., 1981. « Hyocomium armoricum » (Brid.)  Wijk et Marg. en Belgique et dans le Nord Ouest de la France (Ardenne, Bretagne, Normandie). Études chorologique, écologique et phytosociologique. Cryptogamie, Bryol. et Lichénol. (Paris), 2, (3) : 227-321   
Publication collective de l’Institut Floristique Franco-Belge, avec la participation de LECOINTE A. et PROVOST M. pour la Normandie, 1981. pré-cartes floristiques, séries 2 à 4, 217 espèces. Doc. Florist., (St Valéry-sur-Somme), II (2-3-4) : 2 – 249
LECOINTE A., PIERROT R.B., ROGEON M.A. & SCHUMACKER R.,(1980) 1981. Cortèges et listes des Bryophytes observées pendant la septième session extraordinaire de la Société de botanique du Centre-Ouest dans le Cantal. Bull. Soc. Bot. Centre-Ouest (Royan), N.S., 11 : 49-85.
LECOINTE A., (1980) 1981. Réflexions sur les études d’impact avant remembrement. Bull. Soc. Bot. Centre-Ouest (Royan), N.S., 11 : 159-162
LECOINTE A. & PIERROT R.B., 1981. « Metzgeria temperata » (Kuwah). en France. Comparaison avec les autres Metzgeria propagulifères indigènes. Bull. Soc.bot. Centre-Ouest (Royan), N.S., 12 : 57-64
LECOINTE A., 1981. Intérêts phytogéographiques de la bryoflore normande : 3 – Le cortège circumboréal. Bull. Soc. Linn. Normandie (Caen), 109 : 55-66
DE ZUTTERE PH., LECOINTE A. & SCHUMACKER R., 1982. Précisions sur la distribution et l’écologie de « Gymnomitrion crenulatum » Gott. en Bretagne. Botanica Rhedonica (Rennes). Sec. Botanique.
HÉBRARD J.P., LECOINTE A., PIERROT R.B. & SCHUMACKER R., 1982. Bryophytes observées pendant la huitième session extraordinaire de la Société botanique du Centre Ouest, en Provence occidentale. Bull. Soc. Bot. Centre-Ouest (Royan), N.S., 13, 39p.
LECOINTE A., 1982. État actuel des travaux sur la floristique et la chorologie des Bryophytes en France. Lejeunia (Liège) N.S. 107 : 23-25
LECOINTE A. & PIERROT R.B., 1984. Bryophytes observées pendant la dixième session extraordinaire de la S.B.C.O. Vosges-Alsace. Bulletin de la Société Botanique du Centre-Ouest, N.S.-1984, p 269-300
HOUGUENADE I., LALLEMENT C. & LECOINTE A., 1985. Catalogue des stations écologiques des forêts des pays d’Auge. Données synthétiques et typologiques des stations. Laboratoire de phytosociologie de Normandie (Caen Université)
LECOINTE A., ROSE F., SCHUMACKER R. & WERNER J., 1988. Contributions à la Bryoflore du massif armoricain : 1. « Harpalejeuna ovata » (Hook.) Schiffn. (Hepaticae) dans les gorges du Coronc, nouveau pour le département des Côtes du Nord). Distribution et Écologie. Botanica rhedonica, série A n° 1 1988 p 71-78
LECOINTE A., 1988. Intérêts phytogéographiques de la bryoflore normande. 4- Additions, corrections, spectres biogéographiques et écologiques. Bull. Soc. Linn. Normandie vol. 112-113 : 23-40
LECOINTE A., 1988. « Bryum dunense » (Smith et Whitehouse), « Lophozia silvicola » (Buch) et « Pellia neesicana » (Gott) Limpr. Bryophytes nouvelles pour la Normandie. Bull. Soc. Linn. Normandie vol. 112-113 : 31-38
HOUZARD G. & LECOINTE A., 1988. Actes du colloque international de l’Association française de géographie physique organisé par le C.N.R.S. et le Comité national de géographie. Paris les 9 et 10/6/1988. Biographie naturaliste et biographie géographique.
LECOINTE A., 1988. « Scopelophila cataractae » (Mitt.) Broth. (« Musci Pottiaceae ») nouveau pour la Normandie, dans l’Orne. Bull. Soc. Bot. Centre Ouest : vol 19 : 245-248 
LECOINTE A., 1989 . Guide pour une promenade botanique dans les fossés du château de Caen. Bull.soc. Linn. Normandie (Caen), vol. 117 : 11-20
LECOINTE A., coauteur avec DUME G. MANSION D., RAMEAU J.C. et autres, 1989, pour les parties Bryophytes, de la Flore forestière française (montagnes, plaines et collines). Institut du Développement Forestier, Paris
BOUDIER P. & LECOINTE A., 1989. Liste des bryophytes observées lors de la 15ème session extraordinaire de la Société Botanique du Centre Ouest en Haute Normandie les 11-17 juillet 1988. Bull. Soc. Bot. Centre Ouest vol. 20 : 313-343
LECOINTE A. & SCHUMACKER R., 1989. Contributions à la Bryoflore du massif armoricain : le genre «  Plagiochila » (Dum.) (Hepaticae, Bryophyta). Botanica rhedonica N.S. n°2 1989 : p.115-141
LECOINTE A., SCHUMACKER R., UNTEREINER A. & VANA JIRI, 1989. « Barbilophozia atlantica »,  hépatique nouvelle pour le Massif central et les Alpes. Botanica rhedonica.
BOUDIER P. & LECOINTE A., 1989. « Leptodontium gemmascens » (Mitt ex Hunt) Braithw, (Pottiaceae, Musci) en Normandie et dans l’Ouest. Bull. Soc. Bot. Centre Ouest (Royan), N. S. 20 : 151-156
HOUZARD G. & LECOINTE A., 1989.Biographie naturaliste et Biogéographie géographique. Actes du Colloque de Biogéologie Paris 1988.
LECOINTE A., 1990. « Bryum pennisetum » (Limpr.), « Dicranella palustris » (Dicks.) Crundw. ex Warb., « Lophozia longidens » (Lindb) Macon et « Orthodontium lineara » (Schwaegr), bryophytes nouvelles pour la Normandie. Cryptogamie, Bryol. Lichénol. 1990
DE HESSEL J.P., LECOINTE A. & SCHUMACKER R., 1990. Le genre « Timmia » Hedw. (Musci) dans le Massif Central. Cryptogamie, Bryol. Lichénol 1990, II (3) : 211-218
GEISSLER P., LECOINTE A. avec la collaboration de P. et A. FESOLOWIEZ, 1990. Premières données sur les cortèges et les listes de Bryophytes observées lors de la 16ème session extraordinaire de la Société Botanique du centre Ouest, en Haute Savoie, du 17 au 23/7/1989. Bull. Soc. Bot. Centre Ouest N.S. tome 21 ,1990 : 413
BOUDIER P., HUNAULT G. & LECOINTE A., 1991. Première session bryologique de la Société botanique du Centre Ouest, la Sarthe, du 9 au 13/7/1990. Bull. Soc. Bot. Centre Ouest, N.S. tome 22, 1991 : 507
HOUZARD G. & LECOINTE A., 1991. Étude biographique des friches. Premiers résultats. Revue géographique de Lyon. Vol. 66, n° 1, 1991
LECOINTE A., 1991.Quelques données nouvelles sur « Leptodontium gemmascens » (Mitt ex Hunt) Braithw, en France. Bull. Soc. BOT. Centre Ouest, N.S. tome 22, 1991 : 495
LECOINTE A. et autres, 1993. Liste des Bryophytes observées dans le Finistère, lors de la 21 ème session extraordinaire de la Société Botanique du Centre Ouest du 8 au 13/7/1993. Bull. Soc. Bot. Centre Ouest, N.S., vol. 25 : 321-336
LECOINTE A., PIERROT R.-B. & QUETU G., 1994. Liste des Bryophytes observées lors de la 24 ème session extraordinaire de la Soc. Bot. du Centre Ouest, dans le Morbihan du 8 au 14/7/1994. Bull. Soc. bot. Centre-Ouest, Nouvelle Série, Tome 28 : 377-392
LECOINTE A. & DEPERIERS S., 1994. Bryum klinggraeffii Schimp., mousse nouvelle pour la Normandie, dans la réserve naturelle. de Mathon (Lessay, Manche). Bull. Soc. Bot. du Centre-Ouest, 25 : 373-378.
LECOINTE A., 1995. Aide pour les correspondances nomenclaturales en Basse-Normandie armoricaine. ERICA, Bulletin de botanique armoricaine 6 : 43-50.
 
Autres travaux (Etudes, rapports, expertises)
 
BINET P., LECOINTE A. et autres , 1970. : « Peut-on encore cueillir des fleurs ? ». Vers l’Education Nouvelle, 243 : 39-50, juin 1970
FRÉMONT A., 1976. Espace et cadre de vie : l’espace vécu des Caennais.  Rapport du Centre d’Études Régionales et d’Aménagement pour le Ministère de la Qualité de la vie et de l’Environnement ; A. Lecointe avec G. Houzard et M. Provost, réalisation du dossier E : les espaces naturels.
ENDERLÉ J., LECOINTE A., PROVOST M. & SENÉE M.,1979. Le massif dunaire de Baubigny. Site et végétation. Université de Caen pour le Conservatoire de l’Espace Littoral et des rivages lacustres
BOULMER C., BOULMER M. & LECOINTE A., 1980. Étude d’impact pour le remembrement des communes de Noron-l’Abbaye et de Martigny-sur-l’Ante (Calvados). Laboratoire de phytogéographie Caen pour la DDA du Calvados
BARBEY P., GRASSET R., LECOINTE A. & PROVOST M.,1980. Étude d’impact pour le remembrement de la commune de Combray (Calvados). Laboratoire de phytogéographie Caen, pour la DDA du Calvados.
CHARLOT R., GOAPPER J. & LECOINTE A., 1981. Écologie des surfaces verticales. Annales du C.R.D.P. de Caen, oct.-nov. 1981
JAUNEAU A., JAUNEAU M., LECOINTE A., 1981. Pré étude pour l’établissement d’un catalogue des stations forestières en Pays d’Auge (Calvados). Étude réalisée pour le Centre Régional de la Propriété Forestière de Basse Normandie
FILLIOL I., LECOINTE A. & PROVOST M., 1982. Étude d’impact avant remembrement de la commune d’Isigny-sur-Mer (Calvados). Étude réalisée pour la D.D.A du Calvados
ENDERLÉ Y., GOSSET J., LECOINTE A. & PELCOT S., 1982. Étude d’impact avant remembrement de la commune de Litteau (Calvados). Étude réalisée pour la D.D.A. du Calvados
LECOINTE A., LENEVEU C. & SAVINI I.,1982. Étude d’impact avant remembrement des communes de Saint-Martin-de-Mieux et de Saint-Pierre-du-Bû (Calvados). Étude réalisée pour la D.D.A. du Calvados
BOULMER C., BOULMER M. & LECOINTE A.,1983. Pré étude pour l’établissement d’un catalogue des stations forestières en Pays d’Auge (Orne et Eure). Université de Caen
LECOINTE A. & PROVOST M.,1985. Inventaire des landes et pelouses calcicoles du Calvados et de la Manche. CREPAN/DRAE Basse Normandie
LECOINTE A. & PROVOST M., 1988. Le marais du grand Hazé (communes de Bellou en Houlme et de Briouze (Orne). Étude phytoécologique. Laboratoire de phytogéographie Caen, pour la DRAE Basse Normandie
LECOINTE A., 1989. Étude bryolichénique des falaises et éboulis rocheux de la Fosse Arthour (St Georges de Rouelley (Manche), Rouellé (Orne). Rapport d’étude Laboratoire de Phytogéographie de l’université de Caen. Pour le Parc Normandie Maine. 35 p.
DEPÉRIERS S., LECOINTE A. & TRICHOT C., 1992. Rapport pour le projet d’extension de la sablière de Millières (Manche). Laboratoire de phytogéographie Caen, pour la DIREN et le Commissaire enquêteur de Millières.
DEPÉRIERS S., LECOINTE A. & TRICHOT C., 1992. Étude de la sensibilité écologique des Landes de Lessay (Manche). Rapport préliminaire. Laboratoire de phytogéographie Caen, pour la DIREN Basse Normandie
LECOINTE A. & LÉON M., 1991. Étude des richesses biologiques du site de la vallée de l’Ante. Flore et Végétation (déviation de Falaise, RN 158). Laboratoire de phytogéographie, université de Caen. Étude réalisée pour la D.D.E. du Calvados
LECOINTE A. & LESAULNIER S., 1992. Analyse écologique de parcelles littorales de la commune de Gouville-sur-Mer (Manche) : inventaire Faune et Flore, données anciennes… Gouville-sur-Mer, Université de Caen.
DEPERIERS S. & LECOINTE A., 1993. Inventaire et cartographie des Bryophytes de la réserve de Mathon (commune de Lessay. Manche). Laboratoire de Phytogéographie, Université de Caen. 29 P.
LECOINTE A., POUCHARD O. & VAUCHEL S., 1993. Analyse écologique des parcelles littorales de la commune d’Annoville-sur-Mer (Manche) : inventaire Faune et Flore. Université de Caen, pour la mairie d’Annoville-sur-Mer. 31 p.
DUQUESNAY A., LECOINTE A. & MONY J.F., 1993.Expertise botanique de sept secteurs littoraux du département. Rapport d’étude du laboratoire de phytogéographie, Université de Caen, pour la DDE du Calvados.
MONY J.F., LECOINTE A. & VAUCHEL S.,1993. Inventaire phytoécologique des tourbières du bois de Goult (forêt d’Écouves, Orne). Laboratoire de phytogéographie, Université de Caen, pour le PNR Normandie-Maine
DEPERIERS S., LECOINTE A. & TRICHOT C.,1993. Étude de la sensibilité écologique des Landes de Lessay (Manche) : aspects phytoécologiques. Laboratoire de phytogéographie, Université de Caen
DE BROU F., LECOINTE A. & TRICHOT C., 1993. Étude d’impact pour un projet d’installation industrielle au Val-des-dunes, Bellengreville, État initial du site, Faune-Flore. Laboratoire de phytogéographie, Université de Caen
HAUGUEL J.C. & LECOINTE A., 1994. Inventaire phytoécologique des pierriers en forêt d’Écouves (Orne) : Rapport d’études du laboratoire  de phytogéographie (université de Caen) pour le PNR Normandie Maine.
LECOINTE A., 1994. Étude d’impact avant remembrement des communes de Le Plessis-Grimoult et Campadré-Valcongrain (Calvados)
LECOINTE A., 1994. Projet d’implantation d’un centre d’enfouissement technique dans la carrière des Ancrais
LECOINTE A., 1995. Expertise botanique de 4 secteurs littoraux du département du Calvados, dont le marais de Graye-sur-Mer, le marais du Véret, les falaises du Bessin.
LECOINTE A. & MUNZINGER J., 1995. Expertise botanique de la Baie de l’Orne. Laboratoire de phytogéographie, Université de Caen.
LECOINTE A., 1995. Protocole d’étude botanique du marais du Grand Hazé (Orne). Suivi de la végétation pâturée par les chevaux.
HAUGUEL J.C. & LECOINTE A., 1996. Expertise botanique des landes de Vauville (Manche). Pré rapport 95. Laboratoire de phytogéographie, Université de Caen, 86 p.
LECOINTE A. & MUNZINGER J., 1996. Expertise phytoécologique du marais des communes de Blonville-sur-Mer et Villers-sur-Mer (Calvados). Université de Caen
JOSSE S. & LECOINTE A., 1996. Inventaire floristique (projet de déviation de Tourlaville (Manche)) pour DDE Manche
LECOINTE A. & STAUTH S., 1997. Suivi de la végétation du site de l’Ante, (déviation de Falaise, RN 158). Laboratoire de phytogéographie, Université de Caen pour le CTE Rouen, 39 p.  
LECOINTE A., 1997. Étude d’impact pour un projet d’extension industrielle du Val-des-Dunes à Bellengreville (Calvados), pour DDE
LECOINTE A., 1997. Étude d’impact pour un projet d’extension de la décharge de Billy (Calvados)
LECOINTE A., PESLIN G. & THOMINE S.,1997. Expertise botanique des dunes de Dragey (Manche). Université de Caen,  pour le Conservatoire de l’espace littoral

Retour au sommaire

 
Dossier actualisé le 29 décembre 2016


Commentaire(s)

Messages reçus par l'intermédiaire du Forum de Téla botanica :

Alain Lecointe, bryologue normand : J'ai connu Alain lorsque je terminai mes études de phytosociologie. Nous avons travaillé ensemble sur le catalogue des stations forestières du Pays d'Auge. Ce travail était mon premier emploi, pour quelques mois seulement, mais c'est celui qui a été le plus important pour moi. Alain était ... passionné n'est pas un mot assez fort pour le décrire. Il m'a énormément appris dans le domaine de la botanique. Un moment intense que cette étude que nous avions entrepris et partagé. Je le remercie encore. Il avait à coeœur de transmettre son savoir. C'est avec beaucoup d'émotion que je repense à lui au travers de cet article, arrivé - par hasard ? - sur ma boite mail ...

Isabelle HG


Alain Lecointe, bryologue normand : Merci pour ce bel article qui m'a fait revivre une petite partie de vie passée aux côtés d'Alain. Il est des rencontres qui changent le cours d'une vie et celle avec Alain a été déterminante pour moi. C'est avec une émotion certaine que j'ai lu cette biographie...

Jean-Christophe




Retour au sommaire