Sortie traces du 17 février 2018

Le 22 février 2018.

Une vingtaine de curieux de nature se sont retrouvés au parcours santé de la Trappe, à deux doigts de l’abbaye. Le thème de la sortie concernait les traces et le groupe s’est lancé à la recherche d’indices de présence animale de toutes sortes : empreintes au sol bien sûr, mais également traces de repas, d’habitats, excréments, nids, poils,…

chrysope-250

C’est en véritables détectives que le groupe s’est tout d’abord dirigé vers l’étang de Chaumont et un premier arrêt a été fait devant un hêtre mort partiellement à terre et criblé de trous. L’occasion, bien sûr de parler des pics et surtout du pic noir. Il est présent, comme en témoigne une belle loge creusée à 10 mètres de hauteur, dans un hêtre voisin et nous entendrons son cri. Nous l’apercevrons également à plusieurs reprises. La conversation part en direction de son prédateur potentiel , la martre, puis vers l’écureuil dont nous n’avons pas revu le nid dans les cimes comme l’an dernier. Nos pas nous rapprochent de l’étang où un groupe d’épicéas nous permet de découvrir des cônes rongés, mais par qui ? Par l’écureuil ou le mulot sylvestre ? Le groupe opte pour le mulot qui fait un travail plus soigné et régulier. Plus loin, des faines et des glands décortiqués sont retrouvés au sol, des ronces broutées par des chevreuils. Le sentier nous mène ensuite à une ancienne carrière de sable. Les enfants trouvent en chemin des crottes de chevreuil et découvrent avec amusement qu’elles sont nommées moquettes. Un peu plus loin, une autre crotte a été déposée au milieu du passage. Vu sa taille et sa couleur, c'est la martre qui l' déposée là. Un volontaire pour la sentir ? L’animateur se prête au jeu, bien sûr ; odeur de musc, pas désagréable, ce qui confirme le diagnostic. Enfin nous trouvons des empreintes de chevreuil peu lisibles car le sol a été lavé par la pluie et plus loin un ancien terrier de renard, puis des traces de terre retournée par le sanglier, à la recherche de larves et de glands. Au final, le groupe n’aura vu aucun animal de la forêt, mais chacun sera reparti avec l’étrange impression d’avoir été entouré par d’innombrables présences.