Mise à deux fois deux voies de la RN 12

Le 10 février 2001.

L'Association Faune et Flore de l'Orne a déposé, entre autres, les remarques suivantes dans le cadre de la prescription d'une enquête publique relative au projet de mise à 2 X 2 voies de la RN 12 entre Hauterive et Le Mêle-sur-Sarthe.

Le tracé envisagé présente un risque très important pour l'environnement. Dans une zone sujette aux crues de la Sarthe et déjà fragilisée par des aménagements qui ont rasé beaucoup de haies, beaucoup goudronné, le projet s'inscrit comme une aggravation des risques potentiels et réels. Il n'y a plus à démontrer le rôle des haies dans l'écoulement, l'épuration et la rétention des eaux. Il n'y a plus à démontrer le rôle des zones d'expansion des crues des cours d'eau. De nombreuses études, des travaux considérables, des colloques, des procès en justice l'ont fait bien avant nous. Et pourtant à la lecture de l'étude d'impact concernant cette mise à 2 X 2 voies de la RN 12 entre Hauterive et le Mêle-sur-Sarthe, nous avons l'impression que tout ceci est resté bien loin des préoccupations de l'aménageur.

Le tracé envisagé, non content de traverser des zones où le maillage bocager est encore présent et de remblayer au moins en partie les zones d'expansion des crues de la Sarthe et de la Vézonne, serpente dans une ZNIEFF de type 2 et traverse plusieurs ZNIEFF de type 1 : La Pensière, Vallon du ruisseau de Paillerote, méandre de Roncherolle (rien que çà !) . Cet ensemble d'espaces est d'ailleurs reconnu d'intérêt communautaire au niveau européen puisque son inscription a été proposée au titre de Natura 2000. Au cas où cela ne suffirait pas, une de ces ZNIEFF de type 1 (les prairies humides de la Pensière) est inscrite au titre des espaces naturels à forte valeur patrimoniale dans la charte du Parc Naturel Régional Normandie-Maine! Et le redressement prévu du méandre de Roncherolle reconnu pour sa frayère à vandoises entrainera irrémédiablement la destruction de celle-ci! Non contents de faire des travaux dans le lit majeur de la Sarthe, les aménageurs prévoient donc de s'attaquer au lit mineur. Nous ne savons pas s'il existe en France un projet qui prévoit de telles aberrations.

L'étude d'impact, d'ailleurs, signale bien les risques de ce projet : ''destruction d'une végétation remarquable, disparition de biotopes favorables à des espèces animales sensibles, perturbation du fonctionnement écologique de la zone, réduction du potentiel des crues etc…'' Aucune mesure compensatoire ne pourrait atténuer les risques encourus par ce projet. De toute façon, rien n'est prévu dans l'étude d'impact (ou si peu) ou alors des mesures que l'on sait vouées à l'échec (comme la tentative de reconstitution de la frayère du méandre de Roncherolle!).

Nous constatons dans cette région, depuis plusieurs années, une accélération de la montée des eaux en période critique favorisant les inondations de la ville d'Alençon et du quartier de Courteille. C'est en modifiant l'environnement dans des zones fragiles et humides, dans les bassins d'expansion des crues que l'on aggrave le phénomène d'inondations. Il est maintenant reconnu que ce genre de travaux doit être proscrit. Les inondations ne cessent d'augmenter en fréquence et en importance, les habitants d'Alençon et de Courteille en savent quelque chose. Dans d'autres régions de France on constate également le même problème. Il est plus que temps d'arrêter de faire l'inverse de ce qui doit être fait pour la sécurité des biens et des personnes, de détruire des espèces végétales et animales protégées au niveau national.